Que faire après un test auditif

Vous venez de passer un test auditif. Selon le test effectué et les résultats obtenus, vous serez soit rassuré et content de savoir que vos oreilles fonctionnent parfaitement bien, soit vous aurez pris conscience que vous êtes atteint d’un trouble de l’audition.

Dans le premier cas, vous serez tranquille jusqu’à un prochain test auditif, et dans le second, il faudra traiter la pathologie ou effectuer un bilan auditif plus poussé.

Après un test en ligne

Si vous avez décider d’effectuer un test auditif en ligne, seul depuis votre ordinateur, vous devez savoir qu’il n’a aucune réelle valeur médicale.

Il peut cependant vous permettre de desceller une défaillance.

Vous devrez donc, dans ce cas, consulter un médecin ORL ou un audiologiste, pour effectuer une audiométrie complète.

Cliquez ici pour un bilan auditif gratuit !

Après une audiométrie

test auditif

À la suite d’un test auditif complet effectué par un audiologiste ou un médecin ORL, ce dernier sera généralement en mesure de déterminer le type de pathologie affectant votre système auditif.

Il faudra alors suivre la démarche qu’il vous prescrira.

Un simple traitement

Une grande majorité des troubles de l’audition, comme des otites, des bouchons, ou encore des acouphènes seront soignés par des traitements très simples et vous retrouverez donc une pleine capacité de votre ouïe rapidement.

Une chirurgie ciblée

D’autres cas plus délicats pourront nécessiter une chirurgie réparatrice.

Elle interviendra dans plusieurs situations, notamment pour des surdités mécaniques, en reconstituant la chaîne des osselets de l’oreille moyenne, ou encore en reformant la membrane tympanique.

Si les cellules ciliées de la cochlée sont très détériorées, des implants cochléaires peuvent être envisagés.

Cliquez ici pour un bilan auditif gratuit !

L’appareillage externe

Enfin pour certains troubles de l’audition, notamment pour la presbyacousie, il sera nécessaire de rencontrer un audioprothésiste pour la réalisation d’un appareillage auditif externe.

Ce type d’appareil fait appel à la motivation du patient, puisque une période d’adaptation sera toujours nécessaire.

Le patient aura toujours le dernier mot, et il sera libre de décider ou pas de porter une prothèse.

Il faut tout de même avoir conscience que plus on tardera à accepter l’aide d’une prothèse auditive, et plus l’adaptation sera longue et difficile.

Une correction de départ légère, sera bien moins agressive, et plus supportable, qu’une correction de départ importante.

Il faut savoir aussi, que plus on est âgé, plus nos facultés d’adaptation sont diminuées. Plus grave encore, à force de recevoir un message sonore altéré, son interprétation par le cerveau sera elle aussi dégradée.

Un appareillage précoce aide donc également le patient à garder une bonne aptitude à suivre les conversations.

Aujourd’hui, les appareils auditifs sont beaucoup plus performants qu’il y a quelques années, et également bien plus discrets, il n’y a donc plus vraiment de raison d’être réticent.

Ils peuvent même être réglés pour amplifier seulement certaines fréquences, voire réduire les bruits de fonds pour éviter une fatigue auditive.

Des protections auditives

Si votre pathologie est due à un environnement de travail ou de loisir bruyant, alors il peut vous être conseillé de vous équiper de protections auditives, afin d’éviter d’aggraver votre problème ou de le rendre récurent.

Aujourd’hui, il existe de nombreuses solutions de protection, dont des modèles sur-mesures qui s’adaptent aussi bien à vos oreilles qu’à vos besoins et à l’utilisation que vous en ferez.

Sachant que le bruit est également responsable de problèmes de concentration, de stress ou de fatigue, c’est un équipement dont vous auriez tort de vous priver.

Cliquez ici pour un bilan auditif gratuit !