Fonctionnement d’un test auditif

Test audio cabine
Il y a plusieurs tests auditifs, du contrôle autonome en ligne jusqu’au bilan complet effectué par un médecin ORL en passant par le contrôle réalisé par un médecin généraliste.

Chacun d’entre eux vous permettra d’en savoir plus sur votre acuité auditive, mais seul le test auditif réalisé par un médecin ORL vous donnera la possibilité de découvrir avec certitude le type de trouble auditif dont vous êtes atteint.

Cliquez ici pour un bilan auditif gratuit !

Un simple contrôle sur internet

Le web est un outil parfait pour effectuer tout type de recherche, notamment sur notre santé, et on peut également se prêter à des tests auditifs directement en ligne.

Ils ne remplaceront jamais une véritable visite médicale chez un spécialiste, mais ils peuvent vous permettre de découvrir si vous souffrez d’une surdité, avant de finalement prendre rendez-vous pour un test plus complet.

Le test auditif chez le médecin ORL ou l’audiologiste

Il se déroule en plusieurs étapes pour cibler au mieux le problème et le trouble de l’audition qui touche le patient.

Il est conseillé de se préparer avant d’effectuer ce genre de test.

Rien d’insurmontable, puisqu’il faudra simplement s’isoler au maximum des bruits continus ou excessifs pendant 16 à 20 heures.

Cela permettra de limiter la mesure d’une perte auditive temporaire, qui est très fréquente après avoir été exposé à un son trop puissant ou trop présent lors d’une même journée.

Le test auditif, que l’on nomme audiométrie, comporte 3 étapes.

La première est l’anamnèse du patient, qui devra décrire ses problèmes auditifs, et tout ce qui peut avoir un lien avec l’audition, comme son exposition au bruit, une surdité familiale, des acouphènes, ou encore la prise de médication ototoxique (chimiothérapie, aminosides…).

Ensuite, le patient entre dans une cabine insonorisée, et sera soumis à plusieurs sons ayant des fréquences et des intensités différentes.

Il s’agit de l’épreuve tonale, qui permet de vérifier quels sont les sons les plus faibles que vous pouvez entendre.

C’est un test de confiance, il faut être honnête et signaler au médecin à chaque fois que vous entendez un son.

Il note alors vos réponses sur un graphique que l’on appelle « audiogramme », et qui regroupe vos seuils auditifs.

Cela permet à l’audiologiste de savoir si votre perte auditive est d’origine conductive, neurosensorielle ou mixte.

Vient ensuite l’épreuve vocale, qui aide le médecin à se faire une idée sur votre « discrimination » auditive.

Il s’agit en réalité de votre capacité à entendre et comprendre les mots.

Pour ce faire, vous entendrez des mots, qu’il faudra simplement répéter.

Vous aurez alors un pourcentage de bonne réponse qui définira votre discrimination auditive.

Il ne faut pas la confondre avec perte auditive calculée par l’audiogramme, mais cette étape permet de connaître votre niveau de surdité.

À la suite de cette batterie de tests, le médecin ORL devrait être en mesure d’établir un diagnostic.

De nombreuses pathologies seront soulagées ou soignées par un simple traitement et d’autres nécessiteront de faire appel à un audioprothésiste pour la réalisation d’une prothèse auditive adaptée au patient.

Si le diagnostic n’est pas clairement établi, l’ORL peut procéder à un bilan auditif plus complet.

Ce sera alors un examen médical appelé otoscopie, qui consiste à analyser l’état de vos tympans et de vos conduits auditifs.

Cliquez ici pour un bilan auditif gratuit !